Le vendredi 5 décembre 2014, à l'Université de Caen, l'apsms s'associe aux académies de Caen et de Rouen pour une journée d'étude dont le thème sera : "Quels enjeux pour les politiques sociales dans une économie de marché ?". Télécharger le programme 

 

Notre AG aura lieu le samedi 6 décembre à Caen. 

 

Arrêté du 13 octobre 2014 : Il est créé au ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, un traitement automatisé de données à caractère personnel intitulé « Livret scolaire du lycée » (LSL) ayant pour finalité l'aide à l'évaluation des candidats pour les jurys du baccalauréat.


Le périmètre du LSL est limité à la série sciences et technologies de la santé et du social (ST2S) des lycées d'enseignement technologique publics ou privés sous contrat d'association sous tutelle du ministre de l'éducation nationale, en classe de première pour l'année scolaire 2013-2014 et en classe de terminale pour l'année scolaire 2014-2015, dans environ 60 lycées répartis dans les académies de Besançon, Reims, Rennes et Toulouse.
Ce traitement comporte un téléservice ayant pour finalités de permettre aux élèves de :

·         consulter le livret scolaire dès la fin de la classe de première dans la voie technologique ST2S

·    certifier qu'ils ont pris connaissance du livret après sa validation par le chef d'établissement et avant sa consultation par le jury du baccalauréat.

 

 

la lettre d'information n°47 sur la réforme du lycée et du post bac : Données statiques sur la série ST2S, ses poursuites d'études post bac et son entrée dans la vie active après un diplôme supérieur. 
 
Pour la prochaine session 2015 de l'agrégation externe, 7 postes sont prévus pour la discipline Sciences médico-sociales, sur les 1 940 postes offerts. Les épreuves écrites sont fixées entre le 9 et le 26 mars selon la spécialité.

 

 

 

 

Réforme des lycées

La lettre n°47 Novembre 2014. Données statiques sur la série ST2S, ses poursuites d'études post bac et son entrée dans la vie active après un diplôme supérieur. 

 

Editorial novembre 2014

Des études supérieures après le bac ST2S pour une réussite professionnelle assurée

Le centre d'études et de recherches sur les qualifications(Céreq) publie, au quatrième trimestre 2014, un rapport sur "les premiers pas dans la vie active de la génération 2010".

L'échantillon étudié porte sur 35 000 réponses représentatives des 708 000 jeunes qui ont quitté en 2009/2010 la première fois le système éducatif, à tous les niveaux de formation en France métropolitaine et dans les départements d'outre-mer.

Les diplômés de la santé et du social qui ont répondu à l'enquête avaient en moyenne 24 ans, étaient pour, 86% d'entre eux, des femmes, et représentaient 4% des personnes interrogées.

Ils étaient titulaires d'un diplôme d'infirmier, de kinésithérapie, de pédicure, d'ergothérapeute, de psychomotricien, de sage-femme, de puéricultrice, ou encore de conseiller en économie sociale familiale, d'assistant de service social, d'éducateur spécialisé ou de jeunes enfants. 

Toutes les données du travail présenté convergent vers un constat : cette population, sortie après des études médico-sociales, s'inscrit dans une trajectoire d'accès durable à l'emploi, dans neuf cas sur dix.

Si au cours de ces trois années (2010/2013), 58% de la totalité des jeunes ont connu des périodes de chômage, c'est le cas de seulement 22% des diplômés bac + 2 ou + 3 de la santé et du social.

En 2013, 96% de ces derniers déclarent avoir un emploi, 2% sont au chômage et 2% sont inactifs.

Ces données peuvent être enrichies par d'autres indicateurs qui vont dans le même sens : un faible taux d'intérim, mais aussi de temps partiel subi, ou encore de contrats aidés.

Leur revenu moyen à l'embauche est de 1 570 € mensuel alors qu'il n'est que de 1 300 € pour les titulaires d'une licence ou d'un master 1 et de 1 200 € pour la totalité de l'échantillon.

Cette étude du Céreq ne peut que conforter notre priorité d'inciter les bacheliers ST2S à poursuivre des études bac + 2 ou + 3.

Cette orientation forte doit venir contredire, le plus rapidement possible, les discours tenus sur notre série, mais aussi les statistiques de l'Education Nationale, qui montrent encore notre dernière position pour la poursuite d'études supérieures à la sortie du bac pour les bacheliers technologiques de la promotion 2014.

Comme rappelé à de nombreuses reprises, l'objectif du lycée n'est pas que la réussite au bac, mais surtout offrir des atouts pour l'ambition et le succès dans le Supérieur.

Les programmes, les méthodes pédagogiques, les évaluations doivent être tournées dans ce seul objectif qui conduit à une vie professionnelle valorisante et à une sécurité du parcours.

Comme rappelé à de nombreuses reprises,des opportunités institutionnelles existent, comme l'enseignement d'exploration en classe de seconde, les activités interdisciplinaires en classe de première, le projet technologique en classe terminale et, pour certains, une préparation aux concours avant ou après le bac.

Les activités technologiques en STMS doivent aller dans ce sens, en favorisant la recherche documentaire, l'analyse, l'argumentation. En aucun cas  elles ne doivent se réduire à des mécanismes normés où l'application l'emporte sur la transférabilité, le raisonnement, la prise de décision.

Comme rappelé à de nombreuses reprises, l'APSMS a pour objectif de changer la représentation sur notre disciplines, nos séries, encourager tous les projets académiques ou d'établissement qui incitent à la poursuite d'études supérieures, à mutualiser les initiatives dans ce sens qui sont nombreuses.

Nous vous appelons dans ce but à adhérer à notre association et à participer, après la journée d'études du 5 décembre, à notre AG qui se tiendra samedi 6 décembre au lycée Jean Rostand de Caen sur ce sujet.

Le dynamisme et le rayonnement d'une association de professeurs ne se mesure pas à une "boite à outils" mais au partage et à l'investissement donné par chacun d'entre vous. Rejoignez-nous !

 

 

Francis Michaud, Président de l’A.P.S.M.S