Pour la prochaine session 2015 de l'agrégation externe, 7 postes sont prévus pour la discipline Sciences médico-sociales, sur les 1 940 postes offerts. Les épreuves écrites sont fixées entre le 9 et le 26 mars selon la spécialité.

Le vendredi 5 décembre 2014, à l'Université de Caen, l'apsms s'associe aux académies de Caen et de Rouen pour une journée d'étude dont le thème sera : "Quels enjeux pour les politiques sociales dans une économie de marché ?". Préprogramme. 

Notre AG aura lieu le samedi 6 décembre à Caen. 

 

Actualités

Espace Adhérents : une page dédiée à l'agrégation avec revue de presse, une revue spéciale qui compile l'ensemble des textes officiels, la revue n°27 de avril 2014... 

Réforme des lycées

La lettre n°46 Avril 2014. Point de vue critique : le référentiel, les compétences et … l’évaluation

 

Editorial octobre 2014

 

La fabrique des programmes

 

Lors de la parution des nouveaux programmes, nombre de collègues s’interrogent sur leurs concepteurs ou encore la procédure.

Les consultations académiques, voire nationale, ouvertes à tous sur le site EDUSCOL sont une avancée pour plus de transparence. Dans le même temps, elles sont  une source de frustration : sa propre  observation n’est pas retenue, comme si tout était déjà décidé avant !

Les programmes soulèvent toujours des enjeux, avant tout pédagogiques, mais aussi scientifiques et institutionnels. Il semble qu’aucune architecture n’apporte de consensus.

Les savoirs sont toujours surreprésentés dans le débat, un peu comme si, en 2014, ils constituaient la seule entrée dans une discipline, dans une trajectoire éducative puis professionnelle.

Le socle commun en maternelle, en primaire et au collège est, pour beaucoup et avant tout, la maîtrise d’une culture humaniste qui va des arts aux techniques, et qui se poursuit au lycée par une orientation vers les séries aptes à proposer des orientations valorisantes dans le Supérieur.

Les programmes nationaux sont également perçus par le plus grand nombre comme une « sécurité démocratique » et comme l’énoncé des critères qui différencient les compétences et capacités de chacun, les statuts sociaux futurs.

 

Depuis 2014, une charte des programmesa été rédigée afin de donner plus de cohérence autour d’objectifs de forme et de fond. Par exemple :

-          Présenter les programmes sous forme de textes plus synthétiques,

-          Présenter les programmes dans toute la mesure du possible de façon explicite et compréhensible,

-          Mieux expliciter les choix opérés parmi les savoirs disponibles,

-        Afficher les exigences des programmes en termes d’acquis des élèves en identifiant nettement ce qui est indispensable.

Un programme doit :

-          Définir conjointement les objectifs en matière de connaissances, les compétences attendues en exprimant clairement le ou les différents niveaux de maîtrise visés.

-          Mettre en avant tout ce qui peut contribuer à développer chez les élèves la confiance en soi, les processus d’expression, de création, de mémorisation et d’appropriation…

 

C’est la loi d’orientation et de programme pour la refondation de l’Ecole de la République de 2013 qui a institué le Conseil Supérieur des programmes pour donner son avis et formuler des propositions.

Ainsi, ce Conseil est chargé actuellement de concevoir un nouveau programme pour l’école maternelle,  mais aussi, un programme d’enseignement moral et civique de l’école au lycée, ou encore,  un parcours d’éducation artistique et culturel, de découverte du monde économique et professionnel.

Si ce Conseil est celui qui instruit la commande, établit un cahier des charges, choisit un groupe d’experts, il revient au Ministre de l’Education Nationale d’acter définitivement le programme qui sera publié au JO et au BOEN.

 

Les programmes sont écrits dans le temps,même s’ils peuvent être amendés quelques années après, à l’occasion d’une réforme de la filière ou du lycée, comme cela a été le cas pour notre discipline.

Les programmes ne sont cependant pas rigides et doivent être adaptés aux changements juridiques ou sociaux, illustrés par une actualité toujours pressante.

Ainsi, les fondamentaux doivent être valorisés et les capacités de transfert développées auprès des élèves.

Les dispositifs évoluent comme la dénomination et les missions des acteurs. Il faut surtout apprendre à les repérer et à les analyser.

Il est bien plus formateur de savoir différencier les mécanismes assuranciels que d’apprendre les montants des prestations !

 

Les programmes du technologique trouvent ici leur légitimité, dans la construction et la déconstruction d’un phénomène à travers des activités qui mobilisent une recherche et un traitement d’informations.

La démarche technologique s’appuie sur des situations-problèmes, dans un contexte précisé par le programme. Ce sont des compétences d’observation et d’analyse qui sont alors mobilisées.

 

Francis Michaud, Président de l’A.P.S.M.S